Kiosque à concert à Maroilles - Photo : Marc Grzemski

Notre patrimoine festif

Le patrimoine festif : kiosques à musique, kiosques à danser

L’Avesnois concentre la majorité des kiosques à musique de la Région Nord-Pas de Calais. Preuve s’il en faut de la convivialité et de l’esprit festif qui règnent ici, ils trônent encore sur de nombreuses places communales. Kiosques « à musique » ou « de concert », mais surtout kiosques à danser, que l’on ne rencontre que dans l’Avesnois !

Aux origines des kiosques

Edifiés essentiellement sous la 3e République (1870-1914), les kiosques servaient de supports au programme d’éducation musicale, initié par les pouvoirs publics : la musique est un moyen jugé déterminant pour souder l’unité nationale… quelques années après la Révolution Française. Grâce au développement des chorales, harmonies et fanfares, l’interprétation musicale se démocratise et s’enseigne. La musique investi l’espace public, marquant la naissance d’un véritable mouvement culturel et social, encouragé par les pouvoirs publics et industriels, heureux d’offrir au peuple des « plaisirs sages », une « trêve à ses ennuis », un « frein à ses passions »…
A télécharger : la ronde des kiosques

Les kiosques de concert

Le kiosque de concert, de forme octogonale et de plein pied, est la version populaire de la salle de concert. Sur un soubassement maçonné, une frêle et élégante structure métallique accueille les musiciens. Il a permis de divulguer la « musique savante » sur la place publique, afin d’offrir un lieu de rencontre de d’agrément à la petite bourgeoisie, réunie pour le concert dominical. Construits à la fin du XIXe siècle, les kiosques à musique de Le Quesnoy et de Solre-le-Château comptent parmi les plus anciens, tandis que le kiosque de Maroilles, sur la Place Verte, date de 1932.

les kiosques à danser

Construits pour les danses populaires, entièrement métalliques, ils se présentent sous la forme d’une plate-forme surélevée, sur laquelle les musiciens prenaient place, pendant que les villageois dansaient tout autour du kiosque. Dépourvus d’échelle fixe, on raconte que les musiciens ainsi perchés devaient jouer jusqu’à épuisement du public. Certains kiosques à danser sont de forme ronde et soutenus par un fut central, comme à Grand Fayt ou à Cartignies, d’autres sont de forme rectangulaire et portés par 6 pieds, comme à Floursies ou Dimechaux. Certains, enfin, ne ressemblent à aucun autre, comme le kiosque de Saint-Hilaire sur Helpe, avec un arbre en son centre.

Un patrimoine encore bien vivant à découvrir

Sur la centaine de kiosques qui existait dans l’arrondissement d’Avesnes au début du XXème siècle, il n’en subsiste qu’une quarantaine aujourd’hui, dont la moitié sont des kiosques à danser. Trois circuits cyclo-touristiques, de 30 à 45 km,  permettent de découvrir les plus typiques et les plus originaux.
A télécharger : kiosques à musique, kiosques à danser, 3 circuits à parcourir à vélo

Patrimoine emblématique de l’Avesnois, reconnu par les habitants, les kiosques ont gardés leurs fonctions originelles pour accueillir lors de manifestations locales les fanfares et les associations. Certaines communes construisent même des kiosques ex-nihilo ! Venez les découvrir à l’occasion de Kiosques en fête, en juin, et pourquoi pas danser à nouveau autour d’un kiosque !

Emmanuel Cazier

Chargé de mission patrimoine bâti, habitat durable
emmanuel.cazier@parc-naturel-avesnois.com
Tél. : 03 27 14 90 89