papillons

Les papillons

État des lieux

La présence des papillons est liée aux paysages typiques du territoire de l’Avesnois, composés de bocage, de massifs forestiers et de pelouses sur les sols calcaires.

Grâce au travail des observateurs bénévoles et professionnels, on sait aujourd’hui que sur plus de 70 espèces de papillons de jour présentes en Région Nord – Pas-de-Calais, une cinquantaine est présente dans le Parc naturel régional de l’Avesnois et plus d’un tiers des espèces de papillons de jour de l’Avesnois sont rares et/ou menacées à l’échelle régionale.

En Avesnois, sept espèces ont disparu ces trente dernières années dont la dernière espèce présumée est le Gazé, que l’on n’a pas revu depuis 2006.

Les causes du déclin

Les causes majeures du déclin des papillons sont notamment l’intensification des pratiques sylvicoles et agricoles, conduisant à la banalisation des paysages.

Aussi les pratiques à encourager dans les milieux forestiers et agricoles sont, par exemple, la préservation d’essences diversifiées dans les forêts et les lisières, la fauche tardive des bords de routes, ou le maintien de bandes enherbées dans les zones cultivées.

Autres causes : l’utilisation d’insecticides et la lutte contre les herbes sauvages dans les jardins. Car n’oublions pas qu’avant de devenir un bel insecte volant se nourrissant de nectar, le papillon est une chenille qui se nourrit de plantes, dont certaines ne peuvent malheureusement pas s’exprimer dans les jardins aseptisés.

Les papillons : un rôle majeur dans les milieux naturels…

Grâce à leur grande diversité et à leurs exigences (certaines espèces ne vivent que dans un seul type de milieu rare et ne se nourrissent que d’une seule plante), l’état des populations reflète fidèlement l’état de santé de notre environnement.

Une espèce qui décroit puis disparaît est le symptôme d’un milieu naturel perturbé.

Les papillons rendent également des services en jouant un rôle important dans les chaînes alimentaires et l’équilibre des écosystèmes, essentiellement en tant qu’agents pollinisateurs (ils transportent le pollen des plantes) et en tant que proies pour les oiseaux, les chauves-souris et les batraciens.

Ainsi en protégeant un papillon, c’est tout un ensemble d’espèces animales et végétales que l’on sauve directement ou indirectement.

Des initiatives pour favoriser son développement

Le Conseil général assure la gestion de sites naturels et intervient principalement sur les Espaces Naturels Sensibles en instaurant par exemple, la gestion différenciée sur les bords de route sur les voies vertes, favorisant ainsi la présence de plantes favorables au cycle de vie du papillon.

A noter : une nouvelle espèce de papillon a été découverte en 2007, il s’agit du « Nacré de la ronce ».

Fabien CHARLET

Assistant d’étude trame verte et bleue
fabien.charlet@parc-naturel-avesnois.com
Tél. : 03 27 77 51 67